Le Sillage de la Reine

MA Sillage de la Reine - petite version Marie-Antoinette s’expose jusqu’au 30 juin au Grand-Palais. A cette occasion, venez retrouver ou découvrir son parfum : « Le Sillage de la Reine », en vente dans la boutique du Grand-Palais. Le fruit de cette vente aidera à l’ acquisition par le château de Versailles du coffre de campagne de Marie-Antoinette, attribué à Jean-Henri Riesner.

Dans cet « esprit de parfum » aux ingrédients 100% naturels, on découvre l’intensité de la rose et de l’iris, ciselés de jasmin, de tubéreuse et de fleur d’oranger. Ce bouquet est modulé par de fines touches de bois de cèdre et de santal. Pour parfaire la composition, deux magnifiques notes de fond : le musc tonkin et le précieux ambre gris. Il est fascinant de voir évoluer ce parfum d’une peau à l’autre, d’une heure à l’autre. On réalise combien le naturel est à ce point vivant et permet de faire vibrer le parfum. On revient à la dimension esthétique du parfum, telle qu’elle se concevait au XVIIIème siècle et qu’elle s’appliquait à ce que l’on appelait alors « l’art du parfum ». Il est émouvant aussi d’entrer dans le sillage de Marie-Antoinette, dont on redécouvre aujourd’hui toutes les facettes de sa personnalité.

Elaboré en 2005 en collaboration avec le parfumeur Francis Kurkdjian, M.A. Sillage de la Reine a été conçu à partir d’éléments historiques authentiques issus des recherches, que j’avais conduites pour le livre Jean-Louis Fargeon, parfumeur de Marie-Antoinette (coédition Perrin/Château de Versailles). Lors de l’écriture de cet ouvrage, j’avais pu identifier la facture des parfums de l’époque, découvrir le goût de Marie-Antoinette et retrouver la constante des odeurs que la Reine aimait : un sillage hors du commun, tel qu’il est exprimé dans le chapitre du livre « Le parfum de Trianon ». Dés lors, le parfum de Marie-Antoinette s’est tout naturellement appelé « M.A. Sillage de la Reine » et a été présenté au public lors du lancement du livre au Château de Versailles le 6 janvier 2005. Ce qui a été au début un « exercice de style », aussi bien pour Francis Kurkdjian que pour moi-même, est devenu un sillage réclamé par de nombreuses personnes. Pourquoi ne pas le vendre au profit du château de Versailles, qui a besoin de toutes les contributions grandes comme petites ?

Le Château de Versailles a alors lancé une souscription et de nombreuses entreprises ont voulu participer à cette action hors du commun en apportant leur soutien et leur compétence :

– Givaudan (ex. Quest International ) pour la fabrication du concentré de parfum

BPI pour la mise en solution, la mise en flacon et le conditionnement du parfum

Baccarat pour la réalisation de l’édition prestige

Arketip pour la conception de l’édition limitée de 1000 exemplaires

Les cristalleries Portieux pour la fabrication de l’édition limitée de 1000 exemplaires.

Le « Sillage de la Reine » est en vente dans la boutique de l’exposition au Grand Palais ou au château de Versailles auprès de Jean-François Quemin :

jeanfrancois.quemin@chateauversailles.fr

Advertisements

3 Commentaires

Classé dans Notes de coeur

3 réponses à “Le Sillage de la Reine

  1. Andre de Carvalho

    Dear Elisabeth,
    In the name of all perfume lovers’ thank you very much for giving us the possibility to travel trough the years and rediscover the Marie-Antoinette perfume.
    It’s one of the most elegant perfumes I ever tried.
    Best regards

  2. Ysa

    Bonjour,
    Peut-on encore trouver ce parfum aujourd’hui? J’aimerai tellement sentir au moins une fois ce sillage.
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s