Archives mensuelles : mars 2009

Les Parfums d’Alep : Journées Internationales de la Francophonie (20-24 mars 2009)

syrie mars 2009 108 Invitée par l’Ambassade de France en Syrie, je suis allée à Alep lors des journées internationales de la francophonie, afin d’y donner une conférence : « La vision de l’Orient par l’Occident au travers de la parfumerie ». La francophonie unit plus de 200 millions de locuteurs dans le monde et rassemble 870 millions de personnes appartenant aux 70 états membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Depuis huit ans, le Comité de la francophonie d’Alep, présidé par Monsieur Candide Soci, consul de France et Madame Myriam Antaki, organise ces manifestations dans un esprit d’amitié entre la France et la Syrie. La ville d’Alep symbolise à elle seule par son histoire, sa richesse et sa diversité, ce creuset de civilisations et de dialogue de cultures. Cette année, Jean-Marie Rouart, de l’Académie Française, répondit aux questions de l’ auditoire. Et Henry-Jean Servat, écrivain et journaliste à Paris-Match et Télé-Matin donna aussi une conférence passionnante : « Les gens et légendes de saint-Tropez ».

syrie mars 2009 034 Parler des parfums à Alep eut pour moi une résonance particulière. Il me semblait que nous étions au cœur du sujet. D’une part, la Syrie occupe une partie de l’ancienne Mésopotamie occidentale, berceau de la Parfumerie. Mais aussi, Alep, de par sa situation géographique au carrefour de l’Europe et de l’Asie Mineure fut de tous temps une ville de commerce et d’échanges, puisqu’elle était un passage obligé sur la route de la soie et des épices. Aujourd’hui, elle est la deuxième ville de Syrie et elle se rappelle avoir été l’ une des premières échelles du Levant,  courtisée pour ses soieries, ses pistachiers et ses épices, magnifiée par les architectes mamelouks et ottomans qui la dotèrent de fabuleux caravansérails. Toute la ville vit encore de son prestigieux passé, dont on peut lire  l’ histoire dans les souks parfumés et colorés de la vieille ville d’Alep, les plus beaux du monde musulman. syrie mars 2009 088 Guidée par Gina et Koko Zobian, deux architectes et fabuleux conférenciers (ginazobian@mail2world.com, kokozobian@yahoo.com) , j’ ai déambulé sous ses voûtes, âgées de huit siècles, flâné dans ses ruelles, sentant les arômes de café, de cardamome, de citrons confits, de cumin, de safran, de pistaches et de leurs mélanges savoureux d’épices. Des échoppes aux parfums présentent des fioles contenant des fragrances variées.  Ses khans, aux allées ombragées d’eucalyptus et ses hammams, dont les bains sont encore parfumés d’essences, vous transportent à l’âge d’or de l’Empire ottoman.

syrie mars 2009 042 Dans les jardins des maisons traditionnelles, à l’ombre des fontaines , se répandent les effluves du jasmin, de la rose de Damas, des lauriers, de la fleur d’oranger, mais aussi du basilic, de la sauge et d’ hysope. Souvent aussi, orangers, citronniers et cédratiers embaument la cour de leurs arômes.

syrie mars 2009 014Alep est également célèbre pour ses savons, fabriqués chaque année du début de l’hiver à la fin mars. De grandes cuves en pierre contiennent un mélange d’huile d’olive, d’huile de laurier et de soude, chauffé au bois pendant trois à quatre jours. La pâte obtenue est étalée et le savon est découpé manuellement en cubes réguliers et estampillés. Ce sont aussi les producteurs d’huiles essentielles de Rose de Damas, de pin d’Alep, de myrte, de cumin et bien d’autres essences, qui perpétuent le savoir-faire parfumistique de cette civilisation et avec qui il fut passionnant d’échanger. Ainsi, à l’ombre de sa citadelle et de ses pins odorants, Alep renferme en elle toutes les spécificités des parfums orientaux et je ne peux que vous conseiller d’entreprendre ce voyage au pays des senteurs et aux sources de nos civilisations.

image En commençant mon discours, j’avais en tête aussi les vers de Charles Baudelaire qui nous parle de ce pays lointain, de cette splendeur orientale, où  « tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté ». Si ce poème devait être mis en parfum, le voyage olfactif nous guiderait vers les parfums orientaux, qui se distinguent par un mélange de chaleur et de sensualité. La famille orientale, chaude sur la peau, s’inspire de l’ancien accord « ambre » des Orientaux, alliant les notes douces et opiacées des baumes, des bois précieux, des muscs et de la vanille accompagnées par les fleurs et les essences exotiques. Incarnant à la perfection la sensualité et l’amour, la famille orientale exprime aussi l’opulence, les horizons lointains et tous les excès. Elle correspond  à cette vaste région allant de la Turquie au Japon, faisant référence à trois zones géographiques liées à ce nom : le Proche-Orient (les Balkans et la Turquie), le Moyen-Orient (Arabie Saoudites, émirats, yémen) et l’Extrême-Orient (Chine, Japon). Dès le XIXème siècle, les parfumeurs ont été animés par l’ esprit orientaliste qui caractérisait la société d’alors. Ils ont rêvé, fantasmé l’ Orient, berceau du Parfum et ils nous en ont donné une vision personnelle : Eau de Cologne des Sultanes, Nuit de Chine de Poiret, Shalimar de Guerlain, Opium d’Yves Saint-Laurent, Coco de Chanel pour ne citer qu’eux et  sans oublier la parfumerie de Serge Lutens.  Aujourd’hui encore, le parfum unit l’Orient à l’Occident, faisant chanter les coeurs et réconcilier les âmes.

Publicités

12 Commentaires

Classé dans Notes de tête

Portrait d’ une créatrice d’ émotions : Alexa Boden Reider

 

Alexa Des flacons de parfums pour Boucheron ou Lancôme, un concept, « la Cuisine de la beauté » pour les Galeries Lafayette, des communications événementielles pour Louis XIII de Rémy Martin et bien d’autres, Alexa Boden Reider se définit comme designer au sens premier du terme. Rencontre au coeur des savoir-faire d’exception. Le design est avant tout une démarche qui met en adéquation les moyens et les besoins d’une marque que ce soit pour un produit, une communication, ou même un environnement. Elle se veut en quelque sorte le révélateur d’ un potentiel contenu dans l’histoire de la marque, aux frontières de la magie !  » L’essentiel, dit-elle, est de faire rêver qui est toujours la plus belle récompense de notre métier » Elle passe d’une marque à une autre, sur des projets très différents (architecture, flaconnage, graphisme, packaging), en appréhendant  la marque, son histoire, ses états d’âmes. Ensuite, elle cherche à exprimer sa personnalité tout en respectant ses caractéristiques, écrivant un nouveau chapitre de son histoire.  Elle s’ inscrit dans une démarche de respect et de valorisation, s’effaçant devant l’ héritage que sont ces marques, afin de la révéler tout en l’inscrivant dans un futur.

C’est finalement un travail de metteur en scène qui l’oblige à faire cohabiter des aspects créatifs et techniques liés au développement sans oublier la notion de plaisir, très importante dans son travail. Cette passion pour la création lui vient d’ un mix de son caractère d’éternelle insatisfaite en quête de perfection et de son histoire familiale. Son grand-père architecte, passionné de design, crée à 95 ans toujours des meubles. Il n’hésite pas à contacter le VIA en se proposant comme jeune designer. C’est une vraie philosophie de vie!

« Créer, c’est vivre et offrir du plaisir aux autres, comme en cuisine! J’aurais tout autant pu être chef! Je rêve d’ailleurs de l’ambiance parfois martiale qui règne en cuisine. L’enjeu du dépassement de soi est aussi une motivation forte : oser casser pour re-créer. En création, chaque projet est un défi à relever en équipe. » dit-elle. Le talent ne lui fait pas oublier le travail et elle a créé NEO, comme une cellule de design plus qu’une agence. C’est une plateforme de rencontres autour d’une passion qu’est le design. Chaque membre est surtout une personnalité qui rejoint une équipe autour d’un projet commun. Chacun dispose de liberté pour définir son poste et son évolution à une seule condition : que l’exigence soit au rendez-vous.

Son équipe est aujourd’hui très cosmopolite puisque elle est accompagnée par des designers et autres créatifs venant du Japon, de Chine, d’Allemagne, de Corse ou d’Aveyron. Je rêve de prendre encore plus de recul pour conseiller les marques. Ça se traduit avec NEO par le développement d’un vrai pôle tendances / direction artistique pour pouvoir intervenir en amont des problématiques de marques et les aider dans leur démarche de création et d’innovation. Son futur, elle aime le rêver dans l’ accompagnement quasi exclusif d’ une marque sur une durée suffisamment longue afin d’apporter sa vision globale sur la Direction Artistique des produits et de la communication, de créer ainsi un univers fort et cohérent pour pouvoir offrir aux consommateurs le rêve qu’ils sont en droit d’attendre. Mais en attendant de trouver la marque idéale, elle plusieurs projets personnels entre mode et mobilier et a répondu au questionnaire de Proust.

  1. Le principal trait de votre caractère ?

    Sensible et obstinée

  1. Votre rêve de bonheur ?

    Un carnet, un crayon, des projets

  1. La musique qui vous transporte ?

    BO « Le temps des Gitans » de Goran Bregovic

  1. Votre couleur préférée ?

    Le violet à la fois majestueux et mystérieux

Vos héros ou héroïnes dans l’histoire ? Le Roi Arthur et sa légende

  1. Vos héros ou héroïnes dans la fiction ?

    La fée Morgane, fascinante et ensorceleuse

  1. Vos héros ou héroïnes dans la vie réelle ?

    Les perfectionnistes passionnés, comme Karl Lagerfeld ou tant d’autres

  1. Le lieu qui vous ressemble ?

    Un cabinet de curiosité

  1. Un accessoire qui parle de vous et dont vous ne vous séparez pas ?

    Un homme… le mien!

  1. Un livre que vous ne quittez pas ?

    « L’ensorcellement du monde » de Boris Cyrulnik

  1. Votre peintre préféré ? La toile qui vous emballe ?

    Le Caravage pour ses contrastes, sa sensualité

  1. Le plus délicieux moment de la journée ?

    Un café matinal au soleil

  1. Votre repas idéal ?

    Un œuf et une truffe

  1. Votre boisson favorite ?

    La part des anges, l’âme du Cognac

  1. Avez-vous un parfum fétiche ?

    Chergui de Serge Lutens

  1. Votre première rencontre avec un parfum ?

    La fourrure de mes chats, des abyssins au parfum fortement animal.

  1. De quel(s) parfumeur(s) admirez-vous le style ?

    Serge Lutens, pour sa personnalité unique et son désir d’excellence

  1. Jean Patou disait: « Ne faites rien de laid, on pourrait vous l’acheter », qu’est-ce que vous en pensez?

    Tellement vrai mais terriblement pessimiste. Je préfère la version optimiste de Raymond Loewy, père du design : « La laideur se vend mal »…

  1. Votre devise ?

    L’excellence ne connaît pas la paresse

  1. État présent de votre esprit ?

    Donner vie à mes envies et idées…

1 commentaire

Classé dans Personnalités

essence de Narciso Rodriguez

Narciso RODRIGUEZ 244 On connaît les deux piliers de la marque Narciso Rodriguez : For Her et For Him. Deux parfums devenus des « classiques » et qui véhiculent parfaitement les valeurs de la marque : élégance, architecture, précision, sobriété, charisme et modernité.

En avril 2009, sort « essence », voulu par le designer comme : « un parfum très sexy […] qui reflète l’esprit de la maison, et qui soit également frais et nouveau ». Une réconciliation finalement avec le rêve et la beauté dans une modernité urbaine et qui porte un nom : essence. Ce parfum féminin entre dans notre rituel d’intimité, ce plaisir euphorisant, ce geste quotidien.  « L’être commence par le Bien-être » affirmait Gaston Bachelard et renvoie à des valeurs importantes pour l’artiste Narciso Rodriguez : la beauté intérieure, la plénitude, l’esprit sain dans un corps beau. Comme le parfum sait calmer notre psyché, soulager notre corps, éveiller nos sens. essence de Narciso me semble être « une Eau Essentielle ». Essentielle car possédant l’essence de nos sens et reflétant ou révélant l’essence de la femme.

essence dégage dans la fraîcheur une pointe de sensualité, une chaleur, une réconciliation entre les extrêmes. Depuis For Her et  l’huile de musc- réinterprétation de l’Egyptian Musc, produit fétiche de Narciso Rodriguez- le musc est le sceau olfactif de la marque. Cette notion de la peau est essentielle dans « essence », rappelant la phrase de Paul Valéry : « Ce qu’il y a de plus profond chez l’homme, c’est la peau »

Oui,  le musc vibre au coeur d' »essence » et demeure sur la peau. Alberto Morillas a renforcé cette note avec des pétales de roses givrées, de l’Iris et un soupçon d’Ambre pour un parfum Floral-Poudré Musc. L’écriture d’Alberto Morillas, auteur entre autres d’Acqua Di Giò, CK One, Cologne de Mugler est juste parfaite pour exprimer la quête olfactive de Narciso Rodriguez vers la transparence et la lumière.  On retrouve des airs d’Après l’Ondée de Guerlain, on perçoit les aldéhydes, qui apportent un souffle d’air, une bulle de fraîcheur avant la chaleur qui se dégage, sans jamais vous emprisonner. Quant au flacon signé par le designer Ross Lovegrove, il reflète l’essence. La flasque en verre emprisonne un miroir aux contours flous et irréguliers. Un objet de design, le rêve de Narcisse !

7 Commentaires

Classé dans Notes de coeur

Portrait d’un parfumeur : Sandrine Videault

S._Videault  Sandrine Videault vit loin du bruit et du tumulte de la ville. En effet, cette parfumeuse passionnée décide en 2004 de s’ offrir le Rêve et prend le risque d’installer son laboratoire en Nouvelle-Calédonie, sa terre natale. Un retour aux sources propices à la création et avec pour Maître Parfumeur à ses côtés : la Nature, dans laquelle elle a grandi. Retourner sur les pas de sa mémoire olfactive. Retourner dans ce Hot Spot d’endémisme et de biodiversité pour en être inspirée à l’infini. Que de chemins « de traverse » parcourus depuis 1992, où pour l’élaboration d’un mémoire de 3ème cycle en commerce international, elle choisit de réfléchir sur la copie/la contrefaçon à l’international concernant le marché du luxe et plus précisément celui du Parfum. Dans la bibliographie de ce mémoire est cité le Que sais-je ? « Le Parfum » aux éditions PUF. Pour mieux saisir  les propos exposés dans cet ouvrage et parce que l’état d’esprit et la pensée de l’auteur la séduisent fortement, elle décide de rencontrer M. Edmond Roudnitska.

Huit heures de discussion à bâtons rompus qui créeront les bases d’une relation complice jusqu’ à ce que la disparition du Maître-Parfumeur en 1996. Quatre années durant lesquelles M. Edmond Roudnitska sera le Guide de ses premiers pas d’apprentie parfumeur au rythme d’opéras mais surtout de la méthaphysique, de l’esthétique et de l’intuition. « Il ne pouvait sentir à ma place  mais il guidait mon esprit pour mieux ressentir, anticiper, apprivoiser les matériaux. L’exigence de la noblesse de ces derniers était auprès de lui une évidence. M. Edmond Roudnitska me révéla et m’éleva », écrit-elle dans un  article écrit sur lui.

Il lui proposa d’aller à la rencontre de M. Pierre Bourdon afin que celui-ci accepte, qu’ elle continue son apprentissage olfactif au sein des matières premières de Fragrance Resources. Durant cette période d’apprentissage entre le laboratoire de Fragrance Resources et son « atelier », elle rencontre M. Serge Lakhovsy, parfumeur chez Coty USA dans les années 60-70, qui lui offre le contenu de son laboratoire personnel. Elle peut ainsi exposer son travail à la demande des organisateurs du Salon Parfumerie WWW 1999, en l’occurrence Mme Martine Blayn. C’est ainsi qu’est née l’installation olfactive « Le Cantique des Sens » inspirée du Cantique des Cantiques qui reçu lors de ce Salon, le Prix de L’Insolite Arthus Bertrand. Cette installation fut également reconnue par la presse féminine. Ce qui engendra des commandes spontanées de marques telles que ESTEBAN ou encore SEPHORA-LVMH. Face à cette situation inattendue, imprévue, elle décide de s’installer en tant que parfumeur indépendant en 2000.

Outre les applications classiques du parfum sur le marché (parfum à porter, parfum d’ambiance…), la mise en scène du parfum dans l’espace ainsi que les reconstitutions de parfums historiques deviennent deux de ses applications classiques. Fontaines parfumées, sculptures, murs, lieux, énormes bulles de savon (Les Bulles Métalliques pour la soirée FIAC)….sont autant de supports sur lesquels elle s’amuse à appliquer ses écritures ou histoires olfactives. Parallèlement, le travail des Anciens la passionne et pour mieux les comprendre, pour aller à la rencontre de leur savoir-faire et se nourrir, elle les découvre en reconstituant leurs parfums, comme le Kyphi commandé par l’Oréal exposé au Musée du Caire.

En Nouvelle-Calédonie, elle a le Nez toujours en éveil et réalise plusieurs commandes, dont pour Les Néréides, la création du Bijou Parfumé et de la gamme ambiance. Pour la marque suisse, Les Nez, Parfums d’Auteurs,  la création de « Manoumalia » qui s’est déroulée sur 18 mois et qui est sorti en janvier 2009, Sandrine s’ est inspirée de la culture olfactive ancestrale wallisienne. Les Wallisiens sont des Polynésiens et il y a plus de Wallisiens en Nlle-Calédonie qu’à Wallis même. Ils se font toujours leur propre parfum ancestral qui se nomme le Tuitui et qui contient notamment du Vétiver. A cela, ils portent des colliers de fleurs énormes et dont la constitutions changent en fonction des saisons et des fleurs disponibles (tiaré, Ylang-Ylang, fagraea ou fleur de bois tabou). Ils portent sur leur tête de la sciure de santal lors des cérémonies et ils sont fans des parfums ambrés pour ce qui est de la parfumerie moderne. Ce sont des Amoureux du parfum au point qu’ ils peuvent le boire ou se laver les mains avec à défaut de prendre du savon et de l’ eau. Sandrine a fait un tableau de leur culture olfactive en utilisant pour matières, reconstitutions ou accords phares :

– le vétiver (java)

– le tiaré (reconstitution)

– le fagraea (reconstitution)

– l’ylang-ylang (madagascar)

– la sciure de santal (santal made in New Caledonia)

– un accord ambré (clin d’oeil aux ambrés dont ils sont fans)

« Manoumalia » est sorti depuis peu aux Etats-Unis, en Allemagne, et en Autriche. D’ici la fin du mois, il sortira en Angleterre, en Italie, en Ukraine et en Suisse…au mois de mars, en Nouvelle-Calédonie puis au cours de l’année, en France. Il est parallèlement vendu sur internet par des distributeurs type AMAZON pour les parfums comme « luckyscent » ou encore « ecrater »… 

Pour ce qui est du site de la marque http://www.lesnez.com/

Paillasse_du_Parfumeur_Sandrine_Videault_lors_de_la_reconstitution_du_Kyphi Afin de mieux la connaître, Sandrine a répondu avec sensibilité à ce questionnaire de Proust, partageant avec nous ses « petites madeleines » !

  1. Le principal trait de votre caractère ? Intuitive
  2. Votre rêve de bonheur ? Que ça dure
  3. La musique qui vous transporte ? tant celle qui m’amène à la mélancolie que celle qui me donne la pêche
  4. Votre couleur préférée ? l’orangé, couleur safran
  5. Vos héros ou héroïnes dans l’histoire ? Les humanistes
  6. Vos héros ou héroïnes dans la fiction ? Un de mes héros de fiction : Maître Yoda
  7. Vos héros ou héroïnes dans la vie réelle ? Les humanistes restant
  8. Le lieu qui vous ressemble ? Boutana dans le nord de la Nouvelle-Calédonie
  9. Un accessoire qui parle de vous et dont vous ne vous séparez pas ? Mes clefs
  10. Un livre que vous ne quittez pas ? Mon carnet de notes
  11. Votre peintre préféré ? La toile qui vous emballe ? Mon peintre préféré : Henri Matisse. La toile qui m’emballe depuis l’âge de 6 ans : Isolde de Aubrey Vincent Beardsley
  12. Le plus délicieux moment de la journée ? Les câlins de ma fille
  13. Votre repas idéal ? en famille
  14. Votre boisson favorite ? en ce moment, le milk-shake à la pomme-liane, banane, ananas, gingembre, combava au petit déjeuner
  15. Avez-vous un parfum fétiche ? celui de ma mère
  16. La matière première naturelle qui vous inspire le plus ? Une seule matière est une limite qui m’empêche de répondre
  17. Votre première rencontre avec un parfum ? à 2-3 ans, Eau Fraîche de Dior dans la salle de bain de ma tante
  18. De quel(s) parfumeur(s) admirez-vous le style ? de Dame Nature
  19. Votre palette idéale ? sans limite
  20. Jean Patou disait: « Ne faites rien de laid, on pourrait vous l’acheter », qu’est-ce que vous en pensez?

A chacun sa conscience, ses satisfactions, ses capacités et ses possibilités

  1. Quelle est votre vision du parfum de demain ? je l’espère plus sincère, plus authentique
  2. Votre devise de parfumeur ? Oser
  3. Etat présent de votre esprit ? Serein

4 Commentaires

Classé dans Personnalités