Archives mensuelles : octobre 2009

Vanessa Paradis : le nouveau visage du Rouge à Lèvres Chanel

 image Déjà en 1992, Vanessa Paradis avait joué pour Chanel un conte moderne, filmé par Jean-Paul Goude, illustrant leur parfum Coco. C’était l’histoire d’un petit oiseau et d’un gros chat, un soir d’orage, dans une suite du Ritz. L’oiseau sifflait gaiement dans sa cage dorée. Allongé sur la table, le chat le regardait avec convoitise. Le frêle oiseau avait les traits, l’ovale lumineux, les yeux verts et la fraîcheur de Vanessa. Dehors l’orage grondait et on entendait « Stormy Weather… ». Vanessa Paradis, en collant de danseuse, se balançait à 15 m du sol. Pour aucune de ces scènes périlleuses elle n’avait voulu être doublée. Les Français avaient découvert la publicité, sur leur écran, après ce fût les Américains, puis le monde entier.

Vanessa Paradis déclarait alors :

«  Le temps passait comme dans un rêve, à tout observer, à m’intégrer de l’esprit de Coco Chanel qui représente pour moi un mythe aussi fort que celui de Marilyn Monroe ou James Dean » .

En 2003, elle est l’égérie des sacs Cambon, devant l’objectif de Karl Lagerfeld.

En 2010, « Pou, pou pi dou »  elle envoie des baisers … signés CHANEL !

Poster un commentaire

Classé dans Notes de tête

Les Heures de Parfum chez Cartier

Cartier 2 Une heure chez Cartier n’est pas seulement celle de la journée. Elle est surtout celle de la vie. Elle rôde délicieusement, se goûte, se sent et se respire et devient sous le nez de Mathilde Laurent un parfum, ou plutôt la nouvelle collection de parfums chez Cartier. « La seule heure qui compte, nous dit-elle c’est celle de la vie ! ». C’est pour cela que « Les Heures de Parfum »  se vivent comme autant de manifestes. Elles sont l’émanation d’une Maison mais aussi une manière de raconter une histoire dans sa totalité, plutôt que seulement dans un épisode. Elles offrent la possibilité à chacun de nous de se retrouver dans sa vie, comme autant de points sur un plan imaginaire. A chaque heure son parfum, à chaque instant son émotion et son souvenir, sa mémoire olfactive. Mathilde Laurent cite alors Marcel Proust :

« Une heure n’est pas une heure,

C’est un vase rempli de parfums,

de sons, de projets  et de climats« 

Les cinq premiers parfums de cette collection sont cinq oeuvres, qui composent une véritable exposition de l’art du parfum. Ils appartiennent à cinq registres olfactifs différents et expriment à leur manière une recherche esthétique moderne et concise, au mépris des codes imposés. Mathilde Laurent aime la diversité, peu lui importe le genre ou la famille olfactive, au sens académique du terme. Elle travaille dans l’instinct, sans shéma strict mais avec l’envie chevillée au corps de rendre au parfum le premier rôle. Mathilde est comme cela, authentique et sincère, libre mais artiste engagée dans l’amour du beau olfactif. Elle pense la haute – parfumerie comme un laboratoire d’essai de la création, sur – dosant les matériaux nobles, osant de nouveaux accords, bousculant les codes, variant les plaisirs. Mathilde Laurent chasse la monotonie par des parfums architecturés et participe à l’abolition des soupes et autres purées olfactives, qui trompent notre sens olfactif et nous font oublier qu’un parfum doit être avant tout cet « acte de pensée poétique » (Edmond Roudnitska)

Cartier 1 Les flacons de verre, qui renferment ces sillages (eaux de toilette ou de parfum) sont à l’image de la Maison Cartier : purs, transparents, droits sans rigidité. Sur la surface plane, est gravé le chiffre romain qui nous donne l’heure. Pas d’étiquette, juste un titre inscrit en bas du flacon, comme celui d’un tome d’une belle histoire. Une épure qui signe le temps et vous indique la possibilité d’un sillage.Devant les mots de Mathilde Laurent, je préfère m’effacer pour vous les livrer. Ils vous racontent chaque parfum. A vous d’ouvrir le flacon pour les sentir et vivre l’ivresse !

I- L’Heure Promise : « L’Heure Promise ou l’heure des anges, car dans la réalité, es anges sentent vraiment comme ça. » M.L. (petit grain, herbes fraîches, iris, santal et notes musquées)

VI- L’Heure Brillante : « L’heure néon, l’heure fluorescente, qui survolte, qui exalte tous ceux en qui elle s’engouffre » M.L. (citron, linette, notes gin, aldéhydes)

X- L’Heure Folle : « La nature comme je l’aime, folle, bucolique, échevelée, bruissante, buissonnante et bourgeonnante de fruits qui ne me mûriront jamais » M.L. (groseille, baies roses, myrtilles, cassis, mûre, violette, notes de feuilles, lierre, buis, shiso, aldéhydes, polygonum)

XII – L’Heure Mystérieuse : « L’Heure Mystérieuse, une invitation au secret, une odeur de chuchotement » M.L. (jasmin, patchouli, élémi, coriandre, encens, oliban, cade)

XIII- La Treizième Heure : « Par fumée, j’entends parfum. La fumée comme une fascination, à porter comme un piège avec préméditation » M.L. (notes cuir, mate, bouleau, narcisse, bergamote, patchouli, vanille)

Mathilde Laurent, dont j’avais fait le portrait dans un précédent billetPortrait d’un parfumeur : Mathilde Laurent, a accepté de vous répondre directement sur ce blog. Si vous le souhaitez, vous pouvez lui poser des questions en laissant un commentaire. Elle vous répondra, fidèle à son engagement de témoigner et de transmettre l’amour du parfum.

32 Commentaires

Classé dans Notes de coeur