Archives mensuelles : août 2012

Le patchouli : une feuille venue d’Indonésie au XIXème siècle pour enflammer l’Europe.

 

Le patchouli (Pogostemon Patchouli) est une odeur addictive, associé à l’amour et à la séduction. En provenance d’Indonésie, c’est une petite feuille verte ou acajou qui une fois coupée fane vite, chargée en huile essentielle. Du tamoul patch qui signifie vert, et ilai feuille. Plante originaire de l’Inde et de Chine occidentale dont on obtient l’essence par distillation à la vapeur d’eau des feuilles séchées, le patchouli est utilisé dans les parfums chyprés, boisés et orientaux. La plante possède une tige velue et ferme, de grandes feuilles odoriférantes et duveteuses et des fleurs blanches nuancées de violet. L’huile essentielle est affinée pendant plusieurs mois pour perdre son amertume. Ses notes camphrées, terreuses et boisées sont particulières. C’est un parfum puissant, enveloppant, un peu camphré mais persistant. Importées en Angleterre au milieu du xixe siècle, les feuilles de patchouli devinrent des éléments de base des sachets, pots-pourris et des parfums à l’époque victorienne. Le second Empire introduit en France le patchouli, prisé en Angleterre dès 1850 et qui connut alors une vogue inouïe.

En effet, c’est alors la mode des châles de cachemire en provenance d’Inde et d’Indonésie. Ces précieuses marchandises, comme la soie également, voyagent sur les bateaux aux longs cours, enveloppées dans des feuilles de patchouli, dont l’odeur est un puissant produit contre les mites. Une fois déballés dans les élégants magasins de la capitale, la plupart situés autour de l’Opéra, il fut constaté que certains châles avaient plus de succès que d’autres, attiraient de manière irrésistible les femmes. On rechercha s’il s’agissait de motifs ou de couleurs pour enfin constater que cette attraction était liée à l’odeur. Ainsi, le patchouli fut introduit dans les parfums et les demi-mondaines, ces cocottes appelées aussi les « grandes horizontales » adoptèrent franchement le patchouli, qui fut associé au parfum de l’amour, voire même aux relents de l’alcôve. Aussi, les épouses légitimes dont les dots servaient en général à entretenir les maîtresses de leur mari, qualifièrent le patchouli d’un parfum odieux, associé à l’ « antichambre de l’enfer » ! Peut-être est-ce de là, que vient l’expression péjorative : « cela cocotte » ou « cela sent le patchouli », pour désigner un parfum de médiocre qualité ou trop lourdement dosé ?

A la fin des années 1960, le patchouli devient la fleur emblématique du Flower Power, liée à la liberté sexuelle et au fait qu’il devint interdit d’interdire. Le patchouli représentait ce nouvel exotisme, issu de l’influence orientale et d’une nouvelle spiritualité pour l’Occident, découvertes lors du Festival de Woodstock en 1969, associant la paix avec la musique. Ce lieu de la culture hippie devint un but de voyage dans les années 1970 et le patchouli utilisé en essence pure en était l’odeur. En 1970, naît Patchouli de Réminiscence, un boisé racé, qui fera le bonheur de toute une génération post 68. Zoé Coste,la fondatrice de la marque, grande voyageuse et amoureuse de l’Orient, découvre à Londres les feuilles de patchouli et leur odeur toute particulière. De retour sur la côte d’azur, elle visite Grasse et rencontre un parfumeur, Monsieur Sozio, à qui elle tend des feuilles de patchouli. Elle lui dit : je veux un parfum qui sent ça ! ».

clinique.jpgAromatics Elixir, créé par la société IFF, est lancé en 1971. Son flacon a la simplicité d’une fiole de laboratoire, il rappelle le lien avec l’univers de la cosmétique. La fragrance est totalement novatrice mais attendue par les femmes : un chypre floral, au sillage envoûtant et reconnaissable entre tous. C’est le premier chypre moderne, très patchouli et floral rose, se mariant aussi avec le santal et la civette.

En 1992, l’accord oriental et sensuel d’Angel de Mugler associe la puissance du patchouli, arrondie par une douceur de vanille et de caramel. Le patchouli sublime les notes gourmandes et donne à Angel un fond mystérieux, très sensuel. La force et l’originalité d’Angel tiennent dans l’association de la note du patchouli aux notes gourmandes. Un équilibre difficile mais nécessaire pour ne pas tomber dans la débauche alimentaire. Depuis, l’accord boisé est devenu la colonne vertébrale des parfums Mugler, rappelant l’architecture de sa mode.

4 Commentaires

Classé dans Notes de fond

Coco Noir de Chanel : un oriental vénitien

 

coco noir Le dernier parfum de Chanel naît en août 2012, sous le signe du lion. Deux phrases de Gabrielle Chanel posent d’emblée le cadre de cette énigme olfactive, que l’on brûle de sentir :

« Avant moi, personne n’aurait osé s’habiller en noir » et aussi « Pourquoi est-ce que tout ce que je fais devient byzantin ? » Mais, comme tout ce qui se crée chez Chanel est affaire de lignage, remontons le temps pour dessiner les contours de ce nouveau trésor. En 1984, Jacques Polge créé Coco, qui est un hommage direct à Coco Chanel : « Dans la dynastie des parfums Chanel, rappelle Jacques Polge, coexistent deux registres, apparemment contradictoires, mais qui se nourrissent l’un l’autre pour donner un style, c’est-à-dire toute la personnalité des parfums Chanel. Le premier, universellement connu par le N°5 et le N°19, je l’appellerai « floral ». mais pour Coco, j’ai eu précisément envie d’un « anti-floral » afin de retrouver l’autre versant du style : cette fibre baroque et contradictoire qu’avait développée Cuir de Russie, Bois des Îles ou Sycomore, dans les années vingt ».

cchanel_cbeatonB Coco est le surnom donné à Gabrielle Chanel par les soldats en garnison à Moulins, lorsqu’elle interprétait pour eux « Qui qu’a vu Coco » dans un café-concert de la ville. Coco évoque également la veine baroque de l’appartement de Mademoiselle, situé au-dessus de ses salons de couture, rue Cambon, à Paris, avec ses paravents en laque de Coromandel, ses miroirs dorés et ses lustres en cristal d’inspiration vénitienne. C’est aussi la première création en tant que parfum féminin réalisé par Chanel depuis la disparition de Mademoiselle Chanel. Oriental Fleuri, selon la maison Chanel : « ce parfum inaugure une nouvelle génération olfactive par sa construction épice en note dominante et un accord de fond ambré. Avec une envolée florale fruitée apportée par la Mandarine de Sicile, un cœur fleuri composé d’absolu de Rose d’Orient, d’absolu de Jasmin d’Orient, de Fleur d’oranger de Tunisie, et d’Ylang-Ylang de Mayotte, elle se termine dans un sillage ambré mêlant Fève Tonka du Brésil et du Venezuela, Patchouli d’Indonésie et Opoponax de Somalie. Le flacon revêt l’équilibre et le dépouillement classiques qui font toute la personnalité des flacons d’extrait Chanel, avec des étuis noir gansés or, deux couleurs chères à Mademoiselle Chanel. »

Puis, il y eut Coco Mademoiselle en 2001, qui est une incarnation moderne de l’esprit de Mademoiselle, qui représentait l’avant-garde de la mode, en prise directe avec son époque. Composée avec les nouveaux produits de la parfumerie actuelle, cette fragrance est un oriental frais, sensuel et abstrait.

chanel à Venise Venons-en à Coco Noir : pour le prénom et la couleur, la logique est claire. Cette fois, nous sommes face à un grand baroque nocturne, un nouveau voyage dans le sillage de Gabrielle Chanel, qui va nous conduire à Venise, ville de souvenirs et de promesses, si consolatrice pour Coco Chanel dévastée par le chagrin à l’aube des années 20. La nuit vénitienne lui redonna le goût de la séduction, après la perte de son grand amour. La beauté de ce voyage en presque Orient lui rendit le sens du mystère et de la lumière, lui offrit des rencontres intellectuelles et artistiques. A Venise, Chanel fit sien l’emblème de la cité, le lion, figure symbolique de la puissance et de la liberté, son signe astral. Les signes, les chiffres, les symboles furent toujours son langage.

Dans le dernier opus de cette trilogie olfactive, l’esprit réside et se concentre dans son fond tapissé de bois et de notes musquées. Telle une succession de miroirs, les notes olfactives se multiplient sur ce fond oriental, qui déroule sur un velours imaginaire, les produits de l’antique route de la soie : santal, vétiver, encens, patchouli, vanille, fève tonka, notes musquées. La lumière apparaît et ricoche : baies roses, pamplemousse et clou de girofle annoncent le cœur sensuel et blanc du jasmin, l’accord rose/géranium, le narcisse vert et animal.

chanel coco noir2 Cette musique, c’est du baroque, toute en contrastes, en ombre et lumière, en point et contrepoint, en grave et en aigu. Tout y est dans cette valse orientale, qui nous entraîne avec la fraicheur d’un doux zéphire, dans une délicieuse ivresse. On y succombe parce que ce n’est pas ressassé, parce qu’il existe une élégance dans cette extravagance, parce que tout ne se donne pas en une fois mais se découvre à petits pas. En somme, ce parfum ressemble à une femme aussi mystérieuse qu’éclatante, dont le chic n’emprunte pas les chemins du vulgaire. Une femme Chanel. C’est pour cela aussi que le flacon est noir, une première chez Chanel, qui  préserve,illuminé d’or,  le mystère et la force de ce talisman.

Coco Noir de Chanel : Mise en vente le 17 août 2012

Vapo Eau de Parfum 50 et 100 ml : 92 et 132 euros

 http://www.meltyfashion.fr/coco-noir-de-chanel-le-nouveau-parfum-flacon-noir-au-double-c-theater-323118-986405.html

2 Commentaires

Classé dans Notes de coeur