El Attarine et Serge Noire de Serge Lutens

 

Jeudi 12 juin, même si la pluie tombe en rafale, les Jardins du Palais Royal sont en fête pour découvrir les nouvelles créations de Serge Lutens. En se pressant jusqu’aux lieux, on s’interroge sur l’histoire qui va nous être racontée, assortie de senteurs oniriques. Serge Lutens, le maître des lieux, nous reçoit et raconte son voyage au travers des parfums. El Attarine le conduit au Maroc, tendis que Serge Noire retrace sa vision du Japon. Des parfums aussi inspirés que les précédents mais qui semblent avoir une résonance très personnelle pour Serge Lutens. Ils sont des point d’orgue  dans son oeuvre, comme un temps suspendu dans la fuite du temps.

El Attarine El Attarine est un parfum très solaire de fleurs qui se mêlent au miel et aux épices pour donner de « l’or, du soleil en topaze, immortelles et sèves ». L’attarin nomme dans les pays arabes l’odoriférant, tout ce qui peut renfermer l »atar » : le parfum, le coeur, la saveur, l’essence. Un mot très important dans une culture, où le beau se respire et que respirer donne la vie. Celle d’ un « captif amoureux, captivé ». « El Attarine » est aussi le nom de l’une des plus belles écoles coraniques du monde à Fès. Sa beauté égale celle des palais et des mosquées, dont Serge Lutens a voulu cueillir les fruits de l’émotion pour « cet accord né d’un désaccord à la première personne, ouvert sur l’imagination ».

Serge_Noire_Visuel___VBD Serge Noire est un oriental gris dédié aux « belles éthérées » à la peau blanche habillée de Serge Noire. Ce parfum, à l’esthétique ascétique, se dessine comme une estampe japonaise. La femme Lutens, en contrastes épurés, affirme à nouveau sa longue silhouette habillée et gantée de noir. Une femme mystérieuse et fantasmagorique. D’ailleurs, Serge Lutens avoue que toute création est pour lui féminine, car elle contient la femme et que son fantôme l’habite depuis toujours. Cette femme est comme ce parfum, « sans lieu, sans temps, ni d’ici ni d’ailleurs » mais caresse nos rêves et imprime notre pensée. Serge Noire vole en fumée d’encens comme le phénix, « cet oiseau mythologique brûlant au zénith de sa splendeur dans un éclat final » et qui renaît de ses cendres. Mystique et énigmatique, Serge Noire est une cérémonie structurée, dont le rituel se dessine précisément comme le trait du crayon. Serge Lutens a voulu aussi retrouver le tombé droit et net du tissu, la serge, avec lequel était confectionnée la soutane des prêtres. Noir, qui n’est pas une couleur ni un choix pour Serge Lutens mais une protection, une réforme. Une révolte aussi qui monte en lui pour se transfigurer en une création, qui se fait dans la résistance. Il y a du « per fumum » dans Serge Noire, du sacré, du pur, du grand. Il se respire dans la méditation et donne sa vérité à ceux qui le portent.

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Notes de coeur

Une réponse à “El Attarine et Serge Noire de Serge Lutens

  1. Comme vous, j’ai l’impression que ces deux nouveaux parfums époustouflants sont des futurs classiques!

    J’adore la fulgurance de Serge Noire, mon préféré. Un parfum sans aucun compromis qui fera date en matière d’encens (une note pas spécialement appréciée en France mais très prisée aux USA et en Asie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s