Le N°5 de Chanel (1921)

 

Gabrielle  Elle s’appelait Gabrielle.

Elle était mince, elle était brune, elle était ardente, à l’époque où les femmes étaient blondes et fondantes dans leurs rondeurs. On la remarqua.

Un jour, toutes les femmes voulurent lui ressembler. On l’appela Coco. Elle devint Coco Chanel et toutes les femmes quittèrent leurs oripeaux, plumes et afflutiaux. Elle leur enseigna les costumes Chanel, le jersey, le bon tweed moelleux, le raffinement poussé jusqu’à la simplicité discrète, tout ce qui rend jolie sans entraver. Tout un style, celui de la modernité, celui de l’indémodable, celui de l’accord entre le corps des femmes et leur envie de séduire. Elle fut la mode, elle imposait ce qu’elle aimait porter. « La mode passe. disait-elle, seul le style reste ».  Elle fit le choix avec audace de la liberté, fut à l’écoute de son époque et au coeur des tendances inventa une nouvelle allure, celle de la femme moderne.  » Mon époque m’ attendait, je n’ ai eu qu’ à venir, elle était prête » (Gabrielle Chanel)TN_Chanel07

En 1921, tout comme elle avait déjà accompli une révolution dans la mode, elle allait en accomplir une dans le parfum.

Elle était douée d’un odorat très fin.Gabrielle  Chanel prétendait sentir l’ odeur des mains qui avaient coupé les fleurs et elle avait fait sienne une phrase de Paul VALÉRY , qui affirmait qu’ une femme qui ne se parfume pas n’ a pas d’ avenir. Elle qui avait libéré les femmes du corset, ne voulait pas les enfermer dans des odeurs de fleurs, véritables carcans olfactifs rococos, qu’ elle exécrait. Non, ce qu’ elle désirait était autre : une luxueuse abstraction, si chère pour qu’ aucun autre parfumeur n’ ait l’ audace de la copier. Elle recherchait cette fleur indéfinissable, « l’ absente de tout bouquet », selon l’ expression de Mallarmé, mais qui allait appartenir définitivement à son univers. « Les femmes portent les parfums qu’on leur donne ! Il faut porter un parfum qu’on aime à soi. Quand je laisse une veste, je sais aussitôt qu’elle est à moi. » affirmait-elle.

En 1920 , au cours d’ un voyage sur la Côte d’ Azur , terre d’ élection des fleurs et des arômes , elle rencontre le parfumeur Ernest Beaux qui rêve aussi de transformer les règles traditionnelles de la création olfactive.  Gabrielle Chanel le charge de « composer un mélange abstrait , unique et somptueux ».  Dans le laboratoire de créations de parfums, à La Bocca près de Cannes, elle est séduite par les innombrables flacons d’ essences rares que lui montrait Ernest BEAUX, tout en lui expliquant comment il arrivait à partir de toutes ces essences à réaliser des mélanges harmonieux.

Ernest Beaux imagine alors cinq variantes, d’ une fragrance totalement originale. Puisque outre le jasmin , elle emploie quelques 80 composants et pour la première fois recourt ouvertement aux aldéhydes .

Il présente deux séries à Mademoiselle CHANEL : la première , numérotée de 1 à 5 , et la seconde de 20 à 24. Elle choisit la cinquième, mais il fallut encore l’enrichir en jasmin de Grasse, matière noble et onéreuse.

Une révolution olfactive : une composition aldéhydée

Ernest Beaux raconte que la création du N°5 remonte précisément en 1920 à son retour de la guerre : « J’ ai été amené à faire une partie de campagne dans une région septentrionale de l’ Europe, au-delà du Cercle Polaire à l’ époque du soleil de minuit, où les lacs et les fleuves exhalent un parfum d’ une extrême fraîcheur ».

Il garde cette note en lui et la réalise, quelques temps plus tard, grâce aux aldéhydes.

La réussite d’ Ernest Beaux fut d’ arriver, grâce à l’ emploi de doses massives d’ essences nobles, dans ses complexes aldéhydés, à obtenir une note parfaitement équilibrée. La note aldéhydique associée aux notes fleuries (jasmin de Grasse et rose de Mai) dominait, donnant une puissance telle qu’ une atmosphère de « sillage » se dégageait derrière « la femme N°5 ».

Une présentation d’ une révolutionnaire sobriété

TN_Chanel5_2003_orange Coco CHANEL choisit de garder cette dénomination de laboratoire. Le N°5 est précisément son chiffre porte-bonheur : de nature superstitieuse, elle présente toujours sa collection de couture le cinquième jour du cinquième mois de l’ année !

Quant au flacon qui renferme le jus elle décide de lui tailler une robe de cristal dont la ligne s’ inspire des flacons de voyage issu d’une trousse de toilette masculine signée par le joaillier parisien Charvet.

Le résultat était d’ une sobriété peu courante à l’ époque, présentant une allure de fioles de laboratoire : une simple flasque de cristal aux formes géométriques , aux arêtes nettes, comme pouvaient l’ être aussi les flacons de voyage. Le flacon porte sur une étiquette simplement imprimée et non gravée , le nombre magique inscrit en noir : N°5 de CHANEL. Son coffret était aussi très simple mais revenait fort cher précisément en raison de sa qualité et de la pureté de ses lignes.

Fragrance mythique, le « parfum du siècle » eut un succès instantané. La légende raconte qu’ elle le testa immédiatement dans un restaurant de Cannes où elle s’ amusait à le vaporiser dès qu’ une élégante passait à proximité. L’ effet était radical : surprise et ravissement. Puis, elle l’ offrit à ses clientes en leur donnant les recommandations suivantes : « Vaporisez sur tous les endroits où vous risquez d’être embrassée. Toute femme qui en abuse n’ a pas d’ avenir dans la vie car elle ne fait qu’ offenser ses amis et ses admirateurs ».

Devenu au fil du temps plus qu’ une légende, il est un mythe vivant, une construction de l’ imaginaire collectif , un support intemporel et universel de rêve qui cristallise les désirs. Le N°5 est un parfum opulent, qui parle de luxe et d’ élégance avec une audace en rupture avec les codes traditionnels.

MMMarilyn Monroe en tomba amoureuse et le monde entier, suspendu à ses lèvres charmantes, succomba en 1954 à cette réplique fameuse :

 » Que portez-vous le matin? » lui demanda-t-on.

« Une blouse et une jupe », répondit-elle.(…)

« Et la nuit ? »

« Cinq gouttes de N°5 »

Un luxe, que vous apprécierez !…


 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Parfum culte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s