"L’AIR DU TEMPS" NINA RICCI (1948)

 

ParfL'AIr du temps En 2008, L’Air du Temps fête ses 60 ans ! « Mon but a toujours été de donner à la réalité les couleurs du rêve » confiait Robert Ricci. Ce rêve fut transformé en robes et en parfums. Pour Robert Ricci, la création d’un parfum était un acte d’amour, vrai ou imaginaire. L’Air du Temps, est un parfum qui a captivé l’essence même de l’amour au point d’ensorceler des générations de femmes.

Robert Ricci fondent avec sa mère Nina Ricci une maison de haute couture en 1932. Pendant la guerre, l’idée lui vient d’associer à son tour robe et parfum. Les temps changeaient et Robert Ricci analysait l’avenir de sa Maison ainsi :  » La haute couture reste un luxe réservé à un petit nombre, tandis que le parfum est beaucoup plus accessible. Sa clientèle est pratiquement universelle. Pour deux ou trois cents francs dans n’importe quel pays, une femme peut acheter un produit de qulité qui lui donnera plusieurs semaines de plaisir. » En 1946, il lance son premier parfum Coeur Joie, créé par Germaine Cellier (ROURE).  Ce parfum porte un nom, symbole de la joie de la victoire, du bonheur de retrouver la liberté après les années noires de la guerre et de l’Occupation Allemande.

En 1948, l’aventure de l‘Air du Temps commence et célèbre à la fois la féminité, le sens du désir et la découverte d’une légèreté insouciante.  L’Air du Temps , cette expression familière fut choisie car elle traduit l’air que l’on respire, l’humeur du moment, la modernité mais aussi et avant tout, l’esprit du bonheur, la volonté de vivre pleinement chaque instant de la vie. « Plus jamais ça! » pensait-on alors tout en se grisant de liberté retrouvée, de champagne et de jazz dans les caves de Saint-Germain des Prés. La France entière engage ce même pas avant de s’installer dans les Trente Glorieuses entre paix sociale et prospérité.

Ce nom poétique, expression typiquement française exprime aussi le raffinement et la subtilité de Nina Ricci. La femme de L’Air du Temps est féminine, rêvée, idéalisée, séductrice et sensuelle.  Robert Ricci a été également un des premier à penser aux jeunes filles de l’après-guerre, légères, gaies, discrètes, désinvoltes, riches d’une féminité prête à se déployer comme les ailes des colombes.

L’Air du Temps conquit l’admiration universelle et est considéré comme un parfum marquant de ce siècle, ayant inspiré bon nombre de créations. La fascination qu’il exerce tient à ce que son extrême simplicité première, s’appuyant sur des produits naturels, atteint complexité et richesse. Pari créatif pris par le parfumeur Francis Fabron et qui s’exprima dans un exceptionnel accord oeillet épicé-gardénia et un bouquet subtil d’essences naturelles (rose et jasmin). Ce parfum apporte une touche d’originalité pour l’époque en intégrant pour la première fois dans un parfum, le salicylate de benzyle. Selon le parfumeur, cela permettait de mettre en valeur le bouquet floral. Il déclare alors : « Il faut tenir compte de cette touche mystérieuse par laquelle un parfum séduit plus qu’un autre : il y a dans l’Air du Temps un petit miracle qui lui donne sa forte personnalité. » Robert Ricci le définissait ainsi : « Délicat, jeune, romantique et sensuel, L’Air du Temps est un parfum vivant, bien équilibré et cohérent depuis ses notes de tête jusqu’à ses notes de fond attirantes. L’Air du Temps diffuse un mystérieux pouvoir de séduction.

Voulu et conçu comme un produit de luxe et non de mode, soumis aux lois changeantes du goût et de l’humeur, L’Air du Temps recherche l’harmonie entre le parfum, son nom, sa présentation et la manière dont il est décrit au public. Il est ainsi d’une rare et parfaite cohérence. Pour cela, il lui fallait un écrin de choix : « Si le parfum est un art, disait Robert Ricci, l’objet qui le contient doit être un chef-d’oeuvre, le chef-d’oeuvre d’un artisan. » La robe du flacon serait ausssi séduisante que le jus lui-même. Elle devait évoquer les senteurs qu’elle habillait. Le cristal serait – même de suggérer L’Air du Temps sans rien dévoiler de son mystère.

Cependant, le flacon « colombes », symbole universel de l’Air du temps, n’est pas le flacon originel de 1948. Robert Ricci avait tout d’abord trouvé un flacon fabriqué par le sculpteur espagnol Juan Rebull, représentant un soleil  en cristal entouré de rayons. Sur le bouchon était gravée une colombe. Les éléments d’identification spontanée du parfum étaient déjà présents : la lumière, le soleil rayonnant et surtout la colombe.

Dès 1951, Robert Ricci et Marc Lalique redessinèrent ce flacon. Les deux colombes voltaient au-dessus d’un tourbillon de cristal, un thème réinterprété par quatre générations de flacons. Ce flacon romantique orné de deux colombes venaient symboliser l’amour et la tendresse, la paix et l’éternelle jeunesse. Les colombes à la blancheur immaculée, tendrement enlacées semblent envelopper avec grâce le flacon de leurs ailes. Ces colombes ne tarderont pas à déployer leurs ailes vers les quatres coins du monde, afin que l’Air du Temps embaume et enivre la planète. Dès 1953, les ventes décollent et de nos jours un flacon de l’Air du temps est vendu toutes les cinq secondes dans le monde !

Pendant quarante ans, de 1948 à 1998 la communication publicitaire s’est faite peu à peu art véritable pour exprimer un monde onirique, féminin et d’une tendresse infinie. L’Air du Temps a tissé une belle histoire d’amour avec l’art.

Dimitri Bouchène, d’origine russe, ancien conservateur du Musée de l’Ermitage de Saint Petersbourg, décorateur de théâtre et de ballet fut sollicité par Robert Ricci pour illustrer l’habillage des parfums. Jusqu’en 1960, il entoure d’imaginaire l’Air du Temps et donne ainsi le ton. Andy Warhol mit en scène L’Air du Temps, pour une vitrine réalisée en 1955, dans un univers enfantin empli de cupidons, de fleurs et de papillons.

L’ère des jeunes filles en fleurs commence en 1971 lorsque Robert Ricci rencontre David Hamilton. On se souvient encore de ces deux jeunes filles coiffées de chapeaux de paille à rubans au milieu d’ un envol de colombes. De cette collaboration riche entre les deux hommes naît une imagerie romantique : femmes-fleur, danseuses issues du rêve, décors oniriques. Un ton et un style qui marqueront au fil des artistes l’univers de L’Air du Temps pour en faire un parfum dégagé du réel.

l'air du temps ann Pour le 60ème anniversaire de ce parfum légendaire, La Maison Nina Ricci sort une édition limitée à 460 exemplaires d’un flacon en cristal noir, signé Lalique. Colombes, magie, femme-ange ou femme-fleur, tendresse et sérénité, amour et douceur sont toujours contenus dans L’Air du Temps; Il est encore permis de rêver et d’espérer. L’Air du Temps pourrait représenter ce luxe, qui au-delà de ses formes parfaites, exprime l’âme en paix, s’élevant vers le sublime et vagabondant dans la sérénité.

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Parfum culte

Une réponse à “"L’AIR DU TEMPS" NINA RICCI (1948)

  1. L’Air du Temps est un grand parfum dont, (reformulation oblige), il ne reste malheureusement plus grand-chose ! C’est dommage! Contentons nous des flacons Lalique pour rêver un peu, même si, finalement, c’est oublier le principal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s