La Quête du Parfum

image Raconter l’histoire du parfum, c’est raconter l’histoire de l’humanité, en commençant par l’histoire des dieux jusqu’à celle de la séduction. C’est dans les temples qu’ est né le parfum et les premières traces de ces rituels sacrés remontent à l’âge du Bronze. L’encens fut ce parfum que les hommes brûlèrent pour porter aux dieux leurs prières et ainsi les séduire. D’où le nom : per fumum, à travers la fumée. Encenser, n’est-ce pas aussi ce qui élève ?

L’ancêtre des parfums, dont on connaît la composition, est  le kyphi égyptien. Encens mystique, philtre mythique de l’Egypte ancienne, il est utilisé par les prêtres en fumigation pour leurs rites religieux mais aussi par les médecins pour ses qualités thérapeutiques et  cet accord de miel, de benjoin et d’encens épicé tournait les têtes des belles égyptiennes, en quête de sensualité. En lui, sont contenues les trois tensions principales du parfum : l’offrande aux dieux (le sacré), l’offrande à soi-même (bien-être et intériorité) et l’offrande aux autres (séduction et amour charnel). image

Le parfum est avant tout une histoire de rencontres et d’amour. Ainsi que l’exprime Jean Giono : « Nus et faibles, les hommes ne purent survivre qu’avec des machineries. Le parfum, c’est l’odeur plus l’homme. »

Le parfum est une saga et chaque moment de l’humanité nous offre ses parfums dans leur diversité comme des promesses de bonheur, au cœur de notre histoire. Cosmos / microcosmos/ l’infiniment grand face à l’infiniment petit. En effet, le parfum est un vecteur qui nous relie au monde, qui nous le fait appréhender.

image Ainsi, nous avons des milliards de cellules sensorielles pour goûter à tous les plaisirs olfactifs.

Des enivrantes vapeurs d’encens pour communiquer avec l’invisible (transcendance)

Des senteurs violentes pour chasser la pestilence, la maladie ou de la douceur pour nous conforter dans le bien-être

Des parfums floraux, capiteux ou charnels pour séduire

Parfum, chimie, alchimie. Que nous en reste-t-il ?

Depuis 1986, je me penche avec passion, en tant qu’historienne et experte du parfum, sur ce sujet aussi capiteux qu’évanescent. D’emblée, il m’a semblé que le meilleur moyen d’en comprendre toute l’étendue et la symbolique était de vivre le parfum autour d’ un parcours émotionnel. C’est ainsi qu’en 2001, j’avais écrit la scénographie d’une installation « Parfum imagePromenades » à la Galerie des Galeries (Galeries Lafayette) et j’avais proposé cette expérience sensorielle, au travers d’un labyrinthe initiatique.

Le parfum s’y dévoilait de façon onirique. Cette histoire était illustrée de parfums (flacons, fragrances, images), de mode (vêtements et accessoires), et souhaitait parler d’émotions au cœur de la vie des femmes et des hommes, en interpellant les visiteurs. 

image Ainsi, notre regard sur le parfum doit s’inscrire dans le mouvement du geste et aussi du temps. Le fil chronologique peut être rompu, afin de privilégier l’intemporalité des grandes aspirations humaines autour du parfum. L’histoire du parfum possède sa propre temporalité mixant passé, présent et futur : le passé éclaire le présent qui se projette dans le futur.

Le parfum est parure, il est aussi langage et reflet d’une société en marche, dont le discours se répond comme un écho d’une époque à l’autre. C’est une constante que je retrouve à chaque fois que je travaille sur un parfum créé ou à venir. Cette histoire, je la raconte aussi depuis 2004 aux Ateliers Parfums par Thierry Mugler, lors d’un atelier « Secrets de Parfum ». Le fil conducteur de cette histoire est de traduire le geste parfumé à travers ses valeurs fondatrices, que l’on pousse jusqu’à leur paroxysme, jusqu’à leur indécence. Lors d’un prochain article, je vous en raconterai le sommaire.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Notes de fond

4 réponses à “La Quête du Parfum

  1. nez au vent

    Bravo pour ce passionnant historique du parfum. Cela redonne le glamour à un produit malheureusement devenu commun : lorsque je me perds dans les étals des Sephora et autres M., étourdie par autant de marques et agressée par les vendeuses zélées, j’en oublie l’essentiel. Mon parfum reste le produit le plus rapide pour me procurer autant d’émotion. En cela, il a certainement quelque chose de divin, merci de rappeler son origine.

  2. charlotte

    Votre analyse du parfum comme offrande aux dieux, à soi même et aux autres est particulièrement intéressante, et donne au parfum une nouvelle dimension, en élevant le débat par rapport à un geste devenu de « consommation courante »et par rapport à tout ce qu’on peut lire sur le sujet. J’aime aussi votre vision émotionnelle du parfum, et les idées de parcours et d’intemporalité que vous évoquez. Un discours vraiment différent que j’aimerai beaucoup approfondir : avez vous des projets d’ouvrage développant ces thèmes ?

    • elisadefeydeau

      Bonjour Charlotte,
      Merci de votre commentaire. J’ai en effet plusieurs projets d’ouvrages en cours sur le parfum, dont un à paraître très prochainement. Je vous en tiendrai au courant !

  3. roux

    je suis sur le point de finir l’ouvrage d’un livre qui narre « le parfum et ses émotions ». je souhaite le faire connaitre. Pouvez-vous m’aider dans cette demarche. je suis en outre une très bonne relation publique avec de nombreux contacts. avec mes remerciements.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s