OPIUM – YVES SAINT-LAURENT (1977) Part 1

YSL_Opium_w_wp05 Opium, un nom sulfureux synonyme de révolution en parfumerie. Une autre voie ouverte au luxe et à la sensualité qui explose en une synergie parfaite entre le parfum, le nom, le flacon, le prix et la publicité. Opium, c’est tout le luxe de l’Orient proposé aux femmes, qui redécouvrent ainsi la richesse des parfums orientaux oubliés depuis des années.  Cependant, il fallait oser cette  » brassées de fleurs de feu », le rouge, le pourpre et l’or de la luxuriance orientale. Un parfum de mystère, à relent de scandale dont la gestation fut une véritable saga.

Tout commence en 1972 chez Saint-Laurent avec cette intuition qu’il existait à nouveau chez les femmes jeunes, un désir de parfum tenace et opulent qui les fasse rêver et s’évader dans un autre monde, un paradis artificiel en somme mais inoffensif !

Seul Saint-Laurent pouvait alors se permettre de baptiser un parfum Opium et d’en faire un phénomène de mode. Couturier avant-gardiste, sa réputation était à son sommet mais il eut pourtant à se défendre des ligues anti-drogue qui l’accusèrent d’incitation à la drogue.

« Je veux un parfum pour l’Impératrice de Chine » proclamait alors Yves Saint-Laurent qui avait imposé d’emblée le nom d’Opium, inspiré par un inro et son netsuke, dans lequel les samouraïs portaient leurs médicaments et leurs boulettes d’opium. Yves Saint-Laurent mit son âme et son coeur dans ce parfum, souhaitant qu’Opium soit captivant et évoque tout ce qu’il aime : l’Orient raffiné, la Chine impériale, l’exotisme. Né en 1936 à Oran, en Algérie il est pétri d’ambiance orientale et souhaite s’exprimer à travers la création de ce parfum, comme il le fait avec ses robes. Opium n’avait donc pas le même écho pour lui que pour ceux qui l’associaient seulement à une drogue. Ce nom représentait un symbole de sa création et disait-on à l’époque, il aurait traversé l’enfer pour faire arriver ce projet tant son intuition lui disait qu’il mettrait le monde aux pieds de ce parfum.

Ce parfum en effet allait créer un tournant dans l’histoire de la parfumerie. Conçu comme un parfum de tête, il devait conquérir les deux côtés de l’Atlantique en donnant une impression de modernisme, d’élégance, d’enchantement, de sophistication et de mode. En somme, un parfum puissant et moderne, qui ne devait cependant pas oublier l’élégance française. La formule fut donc créée par l’École Roure et prit son inspiration auprès de grands classiques de la parfumerie française comme Shocking (1937) de Schiaparelli ou Tabu (1932) de Dana qui outre la même filiation olfactive (accord patchouli-oeillet) avaient en commun des noms sulfureux. Opium sortait donc de la mode des chypres floraux comme N°19 de Chanel ou Rive Gauche et répondait à un inconscient désir de volupté.

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Parfum culte

Une réponse à “OPIUM – YVES SAINT-LAURENT (1977) Part 1

  1. Pingback: c’est trop bien « Djekskrew

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s