LA COLLECTION COUTURIER PARFUMEUR DE CHRISTIAN DIOR : LA FIÈVRE DES COLLECTIONS par Jean-Luc Suchet

Granville-1 Après Chanel, Hermès, Guerlain, Prada, Cartier, Armani et Van Cleef & Arpels; Dior, avec un peu de retard sur cette tendance, lance sa collection de parfums luxueux et exclusifs. Une de plus. Tant mieux, peut-on s’exclamer ! D’autant plus, qu’en général, ces collections sont plutôt bien tournées. Cet épiphénomène n’a de sens, du moins au mien, que chez les parfumeurs de longue date et d’envergure, dont Dior. Encore faut-il que les histoires odorantes contées aient légitimité et vraisemblance, qu’elles ne soient pas seulement une manière de démontrer ou d’imposer un savoir-faire empreint de turpitudes existentielles, d’afficher une présence volontaire vis à vis de ses concurrents. Dans tous les cas, pas question de plaire sur le plan planétaire, ce registre se veut confidentiel et anti marketing, pour l’instant. Rien à redire puisque toutes ces créations, quelquefois mixtes, élèvent le niveau d’un univers qui flirte trop souvent avec le consensuel et la facilité.

Sur le terrain des collections, Chanel, en pionnier, avec ses Exclusifs, a tout bon. Le discours est précis, c’est original, et ça sent extrêmement bon. Du Chanel pur et dur exécuté avec élégance et sans aucun compromis. Du vrai luxe en flacon imaginé par le grand Jacques Polge. Joliment nommées, toutes les fragrances racontent avec subtilité un lieu, une adresse, un épisode, un élément clé de la vie de Mademoiselle. Intelligemment et olfactivement bien vu. Chez Hermès, les Hermessences de Jean-Claude Ellena, ou chez Guerlain, l’Art et La Matière, rendent hommage aux belles et grandes essences, à certains accords, avec grâce et exigence. C’est tout aussi bien mené. De son côté, Mathilde Laurent pour Cartier déroule ses Heures avec beaucoup d’audace et de maîtrise de son sujet. Chaque collection, diffusée avec parcimonie, est le fait d’un seul nez, d’où leur cohérence magistrale. Quant aux autres marques et collections, écrites par différents auteurs, je me demande pourquoi ils tentent cette aventure, à moins de vouloir occuper coûte que coûte un terrain sur lequel il bafouille avec plus ou moins d’aisance.

NewLook Qu’en est-il pour Dior? Depuis Miss Dior (1947), cette grande maison fait partie des parfumeurs de haute volée, liés aux froufrous de la haute couture. Au fil du temps, les grandes créations se sont enchaînées avec succès, notamment : Eau Sauvage, Poison et J’adore. Depuis quelques temps, cette Maison est atteinte de collectionnite aigue, Les Poisons, Les Escales, et maintenant La Collection Couturier Parfumeur avec dix références, dont sept nouvelles composées par François Demachy. Pourquoi pas. Cette nouvelle collection reprend en son sein trois précédentes créations bien ficelées: Eau Noire, Bois d’Argent et Ambre Nuit. Tout comme Chanel avait inclus dans ses Exclusifs des compositions de jadis : Bois des Iles, Cuir de Russie, N°22, Gardénia. Une cohabitation, qui, dans ces deux cas là, me semble pertinente afin de pouvoir faire vivre ensemble le patrimoine d’hier et d’aujourd’hui. Dior a également choisi de calquer les noms de certaines créations sur les évènements, les lieux, les gens, qui ont rythmé la vie du grand couturier : New Look 1947, Granville, Milly La Forêt, Mitzah. Une sorte de repère géographique tendre et intime de l’univers de Monsieur Dior, à qui l’on rend ainsi un ultime hommage. Quitte à faire ou à suivre – de loin – un peu Chanel. De même, le bouchon aimanté des flacons n’est pas sans rappeler celui des Exclusifs. Les coïncidences et les comparaisons s’arrêtent là, afin d’éviter toute ressemblance fortuite ou voulue. La bienheureuse différence est dans le registre olfactif. Chez Chanel, on jouait surtout celui de la beauté simple et vraie, alors que Dior fait plutôt dans le grand genre et l’opulence. La distinction est de taille et mérite d’être soulignée.

Mitzah Ne pouvant passer en revue toute la collection Dior, j’ai choisi d’évoquer quatre créations singulières dont les noms seuls ne suffisent pas à les appréhender réellement. Je laisse de côté : Cologne Royale, Vétiver, Milly La Forêt et Ambre Nuit. Ce dernier a, d’ailleurs, fait ici l’objet des mes commentaires en mars 2010. New Look 1947. Ce somptueux bouquet floral ne vient pas d’un quelconque fleuriste mais plutôt de chez Lachaume. Il est, paraît-il, construit autour de la tubéreuse. Personnellement, je ne la perçois pas. Et pourtant, elle n’est pas du genre à jouer les timides, à s’effacer devant ses compères. Au fond de cette immense corbeille de fleurs composée également de roses qui pointent leur nez, de jasmin sambac et d’ylang ylang, il y aussi une brassée de bois (benjoin) et de vanille pour arrondir les angles. Pas de facettes fraîches. C’est du Dior d’une certaine époque. Mitzah. Derrière ce prénom, se cache Madame Bricard, la muse follement élégante de Monsieur Dior. Pour elle, François Demachy a composé un étrange opus à la gloire de l’hyper féminité. En fait, un oriental floral (rose) et ambré, mystérieux, velouté et élégamment enlevé. Granville. Le lieu de naissance de Christian Dior. Ambiance plus masculine. Il peut faire penser à Eau Sauvage, mais avec plus de puissance.

LeatherOud Très citronnée, aromatique (thym et romarin), riche en en absolu de pin, cette création n’est pas si simple qu’elle n’en a l’air de prime abord. Elle a du coffre, voire une profondeur, un vrai sillage grâce à la touche, au final, de santal. Leather Oud. Il devrait plaire aux deux sexes. C’est le bois de Oud qui mène la danse avec ses facettes si complexes, si denses, légèrement baumées. L’impression cuirée (essence de bouleau) est assez réservée. L’Ambrox, lui, vient à point nommé afin d’emmener la fragrance vers une voie plus sensuelle, plus mode aussi.

La Collection Couturier Parfumeur est disponible en trois formats, vapo de 125 ml, 150€ ; 250 ml, 225€ ; 450 ml, 330€.

Poster un commentaire

Classé dans Notes de tête

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s