Roadster de Cartier

CARTIER-08 Au commencement, se trouvait cet homme brûlant sa vie à grande vitesse et qui recherchait une matière procurant des effets physiques. Un dandy, libre et affirmé dans ses goûts. Un hédoniste qui a le goût soigné de l’inédit par ce besoin ardent de se faire une originalité. Cet homme inimitable pilote sa vie avec le plaisir pour horizon. Une insoumission perpétuelle qui devait s’incarner dans un parfum ayant une signature en carats de lumière. Ce sillage au goût de gifle tonique et souriante révèle la menthe, traitée en solitaire. Cette fois, la menthe ne se couche pas dans Roadster. Elle est force et choisit le premier rôle. Elle brise les codes et instaure un nouvel ordre en parfumerie.

Mathilde Laurent, parfumeur du sur-mesure chez Cartier, a achevé  l’odeur initiale que la nature avait donnée à la menthe, lui a taillé la senteur, l’ a montée sur le chaton, afin d’en  faire valoir toutes les facettes. Cette menthe est épurée de son accord croquant et végétal. La bergamote vient l’éclairer et la rendre rieuse. La menthe crépue et la menthe poivrée, habillées de notes vertes, ne forment plus qu’un bloc de fraîcheur, puissant et présent. Le petit-grain bigaradier lui apporte de la véracité. Quelques axiomes de calone rendent la menthe aqueuse, la rapprochant de sa véritable nature. Elle devint plus blanche que verte, glaciale et vigoureuse. La tête du parfum donne à son cœur le plaisir de respirer ce que la nature sait faire. Un miracle permanent qui se minéralise dans un parfum.

Ce coup de fouet fut enserré dans une matière ronde et sensuelle, un rien enfantin. Une douceur musquée rendue par un bois irisé, qui laissait apparaître le confort doux et rassurant de la menthe. Ce bois de Cachemire poudré par l’iris chauffe la peau de l’homme et le patchouli donne de la consistance à l’harmonie générale. Un effet de mousse, dont le ciste labdanum ambré et vanillé en prolonge la virilité raffinée.

Cet accord Fougère, le préféré des dandies du XIXème siècle, est revisité avec irrévérence talentueuse par Mathilde Laurent. Un parfum de joaillier qui a pour écrin un flacon fuselé et racé, s’étirant à l’horizontale de ses lignes aérodynamiques. Un flacon hyper profilé qui s’inspire de la montre Roadster, dont il emprunte la carrosserie de choc, l’effet d’optique de la loupe et la puissance du remontoir cabochon. Un design au masculin qui additionne aussi les prouesses techniques et rassemble des matériaux d’ultraprécision et d’audace conjugués.  De quoi réjouir bien des amateurs d’élégance et de sensualité !

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Notes de coeur

Une réponse à “Roadster de Cartier

  1. J’aime également beaucoup Roadster. La végétalité de la menthe (pas d’effet chewing-gum ou dentifrice), cet accord ambré-vanillé si chaleureux et rassurant, et à ma grande surprise, un fond de vétiver sur ma peau…

    Il y a dorénavant deux types de parfums. Ceux qui sont lancés pour « faire un coup » et dont la durée de vie n’excède pas 3 ans.

    Et d’autres, qui ne suivent aucune mode, qui ont leur propre identité, leur propre histoire, qui sont fait pour durer, comme Roadster.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s