Un nouveau nez chez Guerlain

 

Th W La nouvelle vient de tomber et confirme les murmures des derniers mois à propos d’une intégration de la création chez Guerlain ! Laurent Boillot, PDG de Guerlain, a annoncé ce retour vers la « philosophie de la Maison qui a été de confier sa création olfactive à un nez intégré pendant plus de 180 ans. » L’heureux élu, Thierry Wasser, quitte Firmenich pour en devenir le parfumeur. Jean-Paul Guerlain demeure conseiller auprès de la présidence pour la création et les matières premières mais il reste surtout le « gardien du temple de l’excellence olfactive ». Thierry Wasser travaillera avec Sylvaine Delacourte, directrice de l’évaluation et de la création depuis 2002.

Bien que n’appartenant pas à la famille Guerlain – une première pour cette société – Thierry Wasser n’est pas un nouveau né dans le métier. Il fait ses classes chez Givaudan, avant d’entrer chez Firmenich à New-York en 1993. Firmenich et Guerlain ont par ailleurs entretenu depuis le début du XXème siècle des liens très étroits, travaillant ensemble sur les ingrédients tant naturels que synthétiques. Thierry Wasser maîtrise un art éclectique de la parfumerie et a signé de nombreux autant que variés parfums, dont Fuel for Life for her de Diesel ou les fragrances de Kylie Minogue chez Coty. Chez Guerlain, on lui doit « Quand vient la pluie » et « Iris Ganache », parfums aussi poudrés que délicatement gustatifs.

imagesSon talent et ses qualités humaines permettront à Thierry Wasser cette reprise de flambeau. Souhaitons- lui de savoir tutoyer l’avenir, en réinventant avec art et insolence le passé imbibé des gênes de Guerlain. Une question me vient à l’esprit : même si Thierry Wasser possède sa propre personnalité artistique, de quel nez Guerlain sera-t-il le plus proche ?

Jacques G Que retiendra-t-il de Jacques Guerlain qui apprit d’Aimé qu’un parfum Guerlain ressemble à ce qu’il évoque ou suggère. Avec Aimé, cet oncle qui le chérit tant, Jacques Guerlain avait adapté les techniques de l’impressionnisme à la parfumerie. Le flou prend chez Guerlain le relais de l’imitation pure et à partir de 1890, date du parfum Ambre, lorsque Jacques s’installe seul devant l’orgue à parfums. Ses premières créations sont dans la lignée de celles d’Aimé : Jardin de mon curé en 1895 ou encore Voilà pourquoi j’aimais Rosine, dont les noms s’identifient à l’époque. Le jeune parfumeur va aussi lui donner un sceau secret, un sillage unique, qui est composé en grande partie par de la vanille mais aussi par des baumes, de la bergamote, de la fève tonka et des saveurs florales telles l’iris et le jasmin. Ce fil d’Ariane porte le nom de Guerlinade et se retrouve dans tous les parfums de la Maison, jusqu’au dernier né « Insolence » qui la bouscule avec la tendresse des fruits rouges.

Jacques Guerlain rêvait ses parfums et travaillait sur sa mémoire émotionnelle et olfactive. Passionné d’opéras et féru de romans policiers, il composait ses parfums comme des opus, qui dévoilent peu à peu leurs mystères. Chaque parfum est inspiré par une histoire ou une légende et entraîne dans sa suite vers des pays plus ou moins lointains. Les femmes les portent et s’y abandonnent. En 1906 « Après l’Ondée » évoque en grâce et ingéniosité les sous-bois mouillés. En 1912, le Titanic sombre et la Belle Epoque s’épuise, «  L’Heure Bleue » fut le dernier élan romantique de ces temps crépusculaires et aussi un chef d’œuvre d’équilibre olfactif. « Mitsouko » en 1919 évoque l’engouement collectif pour le Japon que Puccini a mis au goût du jour avec « Madame Butterfly » et que Claude Farrère a si bien dépeint dans son livre « La Bataille ». En 1925, Paris est une ville cosmopolite où règne la fête. « Shalimar », le modèle même de la note orientale, traduit la quintessence des années folles. Sa douceur ambiguë, ourlée d’un excès maîtrisé de vanille en fait un élixir érotique qui conquiert aussi l’Amérique. Le flacon dessiné par Raymond Guerlain conserve la magie exotique de sa légende indienne. Il demeure parmi les 10 parfums les plus vendus dans le monde. En 1929, « Liu » est inspiré d’un personnage de l’opéra de Puccini « Turandot » et en 1933, « Vol de Nuit » rend hommage à Antoine de Saint-Exupéry, le poète-aviateur.

La chaîne familiale du talent se poursuit en 1955, lorsque Jacques Guerlain signe avec son petit-fils Jean-Paul âgé alors de 18 ans, son dernier parfum « Ode ». Ce quatre mains témoigne aussi que la sensibilité olfactive doit s’unir à une maîtrise rigoureuse de la technique, sans jamais oublier l’audace. Chez Guerlain, on naît parfumeur, autant qu’on le devient. C’est par un travail de reconstitution d’une jonquille, accompli sous le nez vigilent de son grand-père, que Jean-Paul gagna ses lettres de noblesse de parfumeur. Il accomplit son apprentissage avant de reprendre le flambeau des créations et de veiller à la qualité des matières premières. Sa passion le pousse vers les essences naturelles, dont il traque la meilleure qualité aux quatre coins du monde. Son premier geste fut aussi de penser aux hommes, qui depuis le « Mouchoir de Monsieur » en 1903 étaient un peu oubliés ! En 1959, il leur crée « Vétiver » et en 1965 « Habit Rouge », le premier parfum oriental pour hommes aux accents de cuir, de bois et d’épices. Mais aussi et surtout, Jean-Paul Guerlain continue de rêver la femme en parfums et se souvient de son grand-père lui disant : « On crée des parfums pour les femmes avec lesquelles on vit et que l’on aime. ». Tous ses parfums se conçoivent autour de l’émotion et de la sensualité et jalonnent ce voyage dans les limbes de l’imaginaire. L’impatience nous gagne de découvrir la prochaine escale ! à la rentrée, dit-on !

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Notes de tête

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s