Gabrielle Chanel ou la modernité (Partie 1)

st_chanel1 Evoquer la vie et l’œuvre de Mademoiselle en peu de mots est un exercice difficile. Comment résumer une personnalité qui fut décrite par André Malraux comme l’un des personnages les plus importants du XXème siècle avec De Gaulle et Picasso !!! XXème siècle et pourtant Gabrielle Chanel naquit en 1883 ! Cette année là ; le Pont de Brooklin était inauguré par le Président des USA, le tsar Alexandre III et la tsarine se faisaient couronner empereur et impératrice de toutes les Russies. La France hissait son drapeau sur la citadelle d’Hanoï mais aucun journal ne signalait la naissance de Gabrielle Chanel. Fille d’un couple de mercelots d’origine cévenole non mariés et fort pauvres, elle avait vu le jour dans un hospice de Saumur. Orpheline de mère très jeune, elle fut abandonnée par son père et élevée aux frais d’un couvent. Elle fut surnommée Coco lors de ses essais de chanteuse à la Rotonde de Moulins puis devint coco Chanel et régna à sa manière sur le monde. Mais comment en arrive-t-on là ? Quelles furent les ruptures qui engendrèrent chez Gabrielle Chanel tant de succès ?

Il semblerait que sa personnalité créatrice soit l’incarnation de la modernité. Étymologiquement, le terme « moderne » est issu du grec « modos » qui signifie « d’aujourd’hui ». Être moderne, en définitive et en excluant toute définition philosophique ou politique, c’est avant toute chose, vivre avec son temps et non pas désirer conserver ce qui est jugé ancestral.

Gabrielle Chanel en a à sa manière sa propre définition : « La mode n’existe pas seulement dans les robes ; la mode est dans l’air, c’est le vent qui l’apporte, on la pressent, on la respire, elle est au ciel et sur le macadam, elle tient aux idées, aux mœurs, aux événements. ». En effet, la modernité n’est rien d’autre que ce qui s’inscrit dans une époque.

Aussi, évoquons ensemble ces  ruptures introduites par Chanel pour instaurer la modernité. Je vous donne rendez-vous autour de dates importantes dans la vie de Coco Chanel.

Coc1ère date : 1913.  Gabrielle Chanel ouvre une boutique à Deauville.

 J’y vois deux révolutions qui ont un lien entre elles.

La première est d’ordre privée, liée à sa condition de femme. Chanel a 25 ans quand un fils de bonne famille, issu de la haute bourgeoisie, lui propose quelques années plus tôt non pas de l’épouser mais de partager sa vie. Etienne Balsan en fit ainsi son irrégulière. Elle mène à ses côtés une vie de château, entourée d’une joyeuse bande de fils de famille et de leurs entretenues mais déjà elle sait imposer un style qui lui convient et elle y rencontre celui qui fut son grand amour et qui lui donna les moyens de se sortir de cette situation irrégulière. Cet homme, c’est Boy Capel. Il devint son commanditaire car il croyait avant tout en son talent. Elle, à la nature frondeuse, rêvait déjà de s’exprimer et d’être libre des hommes, grâce aux fruits de son travail. Chanel incarne ainsi une révolution dans la condition féminine de l’époque.

La 2ème révolution tient dans sa conception du corps.  En 1913, elle lance à Deauville la mode sport. Elle le dit elle-même, elle a créé une mode qui lui convenait. Elle était déjà apparue aux courses en 1910 en redingote, cravate et canotier, qu’elle emprunte à Balsan et à ses amis dandies. Elle avait déjà créé des chapeaux que toutes ses amies s’arrachaient dans sa garçonnière du Bd Malesherbes. Cette mode 1900, lourd héritage du XIXème qui tranformait les femmes en abats-jour volumineux et sans grâce, était en train d’être aboli sous ses ciseaux. «  je savais que tout ce qui était riche ne m’allait pas. Je ne tenais qu’à mon manteau en peau de bique et à mes pauvres habits ». Elle serait à l’opposé des trois grands fournisseurs du gotha : Worth, Doucet, Poiret et elle saura les braver.

En 1913, une poignée de privilégiés connaissent les plaisirs de la côte normande. On se rendait à la plage comme à la ville, habillé de pied en cape de manière très inconfortable. Elle allait donc inventer une mode de détente, de plein air, se gardant des inspirations passéistes mais reprenant à son compte des formes jugées trop populaires. Elle loua une boutique rue Gontaut-Biron, rue chic, où elle employa deux aides et se mit au travail ; Une boutique de chapeaux, auxquels s’ajoutèrent vite des blouses, des vestes et cette fameuse marinière, inspirée du costume des marins normands. Sa jeune tante Adrienne lui emprunta des vêtements et joua le mannequin vivant sur les planches de Deauville . La clientèle doubla. Le célèbre caricaturiste Sem lui fit une belle publicité dans un de ses albums « Le vrai et Faux chic ».Sem rendait hommage au vrai chic incarné par la mode que créait Gabrielle Chanel.

En 1914, à la faveur d’un été brûlant, Chanel tailla dans un tissu des sweaters de Boy, le premier maillot de bain, chaste encore mais tellement plus confortable. Lorsque la guerre éclata, elle resta à Deauville et ses tailleurs lâches et désinvoltes permirent aux femmes de marcher, libres de leurs mouvements. La tenue Chanel devint la tenue du moment. « Un monde finissait, un autre allait naître. Je me trouvais là, une chance s’offrait, je la pris. J’avais l’âge de ce siècle nouveau et c’est à moi qu’il s’adressa pour son expression vestimentaire ». Le siècle nouveau en effet, Péguy nous dit que les siècles n’ont pas toujours 100 ans et c’est bien en 1914 et non 1900 que le XXème siècle naquit. Il prit les habits couleur Chanel.

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Notes de fond

Une réponse à “Gabrielle Chanel ou la modernité (Partie 1)

  1. Pingback: Gabrielle Chanel ou la modernité (Part 2) « Elisabeth de Feydeau’s news

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s